Rencontres

Traduire les sonnets de Shakespeare à 12 h
samedi 29 mars 2014
par Gérald Purnelle, maître de conférences à l’Université de Liège

Cinq poètes dialoguent avec les sonnets de Shakespeare. Comme toutes les grandes oeuvres, les sonnets de Shakespeare demandent à être régulièrement retraduits. Quand ce sont des poètes qui s’y consacrent, le lecteur devient le témoin d’un dialogue à travers quatre siècles, entre deux langues, mais aussi entre des sensibilités et des poétiques diverses.
  Lire plus ...

Georges Perros à 12 h
samedi 5 avril 2014


Avec Thierry Gillyboeuf, traducteur et écrivain
et Rony Demaeseneer, auteur et critique


Bien qu’il n’ait publié en tout et pour tout que cinq livres de son vivant, Georges Perros (1923-1978) est une voix – et une voie,au sens taoïste du terme – unique et essentielle de la littérature.Écrivain du fragment, il n’eut de cesse de consigner ses notes dans les marges d’un livre impossible qui annulerait la distance entre la vie et l’homme, à la manière d’Héraclite ou de Joubert. Il a fait de cette vie qu’il disait volontiers ordinaire, le matériau primitif de son oeuvre, tant il a su la peupler de sa solitude en se plaçant au bord des hommes et de l’écriture.
  Lire plus ...

La fin de l'homme rouge ou le temps du désenchantement à 12 h
samedi 19 avril 2014

de Svetlana Alexievitch
Avec Aude Merlin, chargée de cours à l’ULB, membre du CEVIPOL, spécialiste de la Russie et du monde post-soviétique
et Françoise Nice, historienne, journaliste politique et culturelle (RTBF), réalisatrice d’une vingtaine de reportages en URSS puis en Russie


Armée d’un magnétophone et d’un stylo, Svetlana Alexievitch, avec une acuité, une attention et une fidélité unique, s’acharne à garder vivante la mémoire de cette tragédie qu’a été l’URSS, à raconter la petite histoire d’une grande utopie. « Le communisme avait un projet insensé : transformer l’homme ancien, le vieil Adam. Et cela a marché… En soixante-dix ans et quelques, on a créé dans le laboratoire du marxisme-léninisme un type d’homme particulier, l’Homo sovieticus. ». C’est lui qu’elle a étudié depuis son premier livre, publié en 1985, cet homme rouge condamné à disparaître avec l’implosion de l’Union soviétique qui ne fut suivie d’aucun procès de Nuremberg malgré les millions de morts du régime.Dans ce magnifique requiem, l’auteur réinvente une forme littéraire polyphonique singulière, qui fait résonner les voix de centaines de témoins brisés.



 

  Lire plus ...


 
Powered by Wavenet
Copyright 2014 CFC-Éditions asbl, 14 place des Martyrs, 1000 Bruxelles - Tél. 02/227 34 03 - info@cfc-editions.be
Avec le soutien de la Commission communautaire française.